Présentation des intervenants

François Feutrie

François Feutrie est graphiste & artiste plasticien à Rennes. Ses différentes formations en art, en design graphique ainsi qu’en géologie permettent d’insuffler dans son travail des sources visuelles et conceptuelles puisées dans ces différents domaines. Sa démarche s’articule autour d’un langage graphique et d’un univers plastique construits à partir de son intérêt pour les normes, les standards, les stéréotypes et les clichés. Il réalise des pièces souvent contextuelles, sous la forme graphique et éditoriale, ou en volume par la création de sculptures et d’installations in situ. Son environnement est analysé, déconstruit et soigneusement décortiqué pour le questionner, le réinterpréter et en proposer de nouvelles formes, de nouvelles fonctions ou un nouveau sens.

Ophélie Naessens

Ophélie Naessens est artiste plasticienne à Rennes. elle a consacré sa thèse de doctorat en arts plastiques au(x) statut(s) de la parole vivante et du récit de soi dans les pratiques artistiques des années 1970 à nos jours. Son travail plastique explore les modalités de représentation du récit et de l’image de soi, entre réalité et fiction, mémoire individuelle et mémoire collective, à travers une pratique mêlant vidéo, installations, écriture, mises en scène et performances.

Johanna Rocard

Johanna Rocard est artiste plasticienne et intervenante en arts plastiques à Rennes.
Après une formation dans le domaine socioculturel, elle suit une formation en arts plastiques à l’université de Rennes II. En 2010, elle mène un travail de recherche sur la manipulation du vêtement dans l’art contemporain. A la suite de cette réflexion, elle s’engage dans une pratique plastique professionnelle prenant comme point de départ le lien entre textile et société. Comment derrière une apparence anodine et familière, le tissu va se révéler être une porte d’entrée privilégié dans la sphère sociétale. Sur les photographies, le textile étrangement présent, cache les murs, les visages, les victimes, les bourreaux. Ainsi couverts, les faits se détachent du réel, l’image devient imaginaire.Plus qu’une seule pratique textile, le travail de Johanna Rocard est une entrée dans le monde de la représentation. Portée par une réflexion sur l’iconographie, elle propose de faire l’expérience de l’image comme un espace de tensions et de rencontres entre les mondes, les époques et les cultures.